Tentative de surclassement à coup sûr réussie

Les compagnies aériennes proposent souvent à leurs clients un programme de fidélisation qui permet de gagner des vols à prix réduit ou des surclassements. On constate néanmoins un accès toujours plus difficile à ces bonus. Aussi certains cherchent des solutions plus efficaces pour voyager mieux en payant moins. J’ai ainsi récemment observé un passager appliquant une méthode infaillible pour être surclassé.

Cette méthode est assez simple. Vous commencez par identifier une compagnie déclinante, perdant ses clients LC au profit des transporteurs du Golfe, et concurrencée par les acteurs low cost sur les vols CC et MC. Plutôt que de se remettre en question pour chercher à améliorer ses services aux clients, cette compagnie s’accroche tant que faire se peut à ses créneaux stratégiques historiques : quelques lignes très rentables par exemple vers des régions d’Afrique; quelques horaires de pointe où les concurrents n’ont pas obtenu de créneau; quelques aménagements dans l’aéroport qui la mettent en valeur et cachent les comptoirs des autres compagnies au fond du couloir, derrière les toilettes. Pour conserver ces facteurs de différentiation peu honorables, qui globalement nuisent au consommateur, il faut un soutien politique. C’est sur ce thème que vous obtiendrez votre surclassement.

Il faut avoir un peu de visibilité : député ou sénateur, ou peut-être simplement conseiller parlementaire. Vous annoncez à un directeur régional que « c’est quand même grâce à vous que la compagnie conserve quelques avantages ». Il devrait en réponse vous doter d’une carte ClubZéro, qui vous offre déjà, sans avoir rien déboursé, tous les avantages d’un passager fréquent qui a dépensé une fortune l’an passé pour obtenir un statut Maximum dans le programme de fidélité.

Il faut ensuite acheter un billet, le moins cher possible puisque l’idée est de voyager sur le dos des autres. A l’enregistrement, vous sortez votre carte ClubZéro et votre argument fétiche « c’est quand même grâce à moi que la compagnie conserve quelques avantages » (si ça ne marche pas, retentez à l’embarquement). Vous voilà avec une place à l’avant de l’avion, et le fameux surclassement auquel a renoncé depuis longtemps le passager qui a dépensé une fortune l’an passé pour obtenir un statut Maximum dans le programme de fidélité.

Pour le fun, et parce que ça vous donne encore un peu plus d’importance, vous n’oublierez pas de remercier de temps en temps les passagers à vos côtés, parce qu’en payant plein pot ils paient aussi pour vous. Et parce que c’est parfois l’occasion de se faire quelques relations politiques, en découvrant que toute la rangée 1 a en fait joué la carte ClubZéro comme vous.

J’ai récemment appris d’un service pare-choc de compagnie aérienne que cette pratique (qui n’est avouable qu’au second mail) appelait à beaucoup de discrétion, et aucun commentaire. C’est finalement un avantage de passager fréquent : vous avez reçu au moins cinq fois chaque modèle de l’automate de réponse pare-choc standardisée, il n’est plus possible de vous les envoyer encore, et on finit simplement par vous écrire qu’on n’a rien à dire.

Monsieur,
Je vous remercie pour votre message du 21 janvier dernier relatif au déroulement de l’enregistrement d’un passager porteur d’une carte ClubZéro sur un vol entre Genève et Paris en date du 15 janvier dernier. Tout d’abord, permettez-nous de clarifier la politique de surclassement car les décisions prises par les responsables de l’enregistrement à l’escale, ou par les chefs de cabine à bord de l’appareil, semblent souvent peu claires pour nos clients. Je voudrais préciser qu’il n’est pas dans la politique de notre compagnie e d’appliquer un surclassement systématique, qui est jugée arbitraire et souvent injuste par la clientèle. Ainsi, nous avons alors pris la décision de n’y avoir recours qu’en cas de besoin opérationnel ou de problème de remplissage. En l’occurrence, lors de l’enregistrement de votre vol du 15 janvier, ce passager au statut Club Zéro, n’a pas bénéficié du surclassement que vous mentionnez. En effet, ce client était en possession d’un billet en classe Bizbiz et a donc voyagé dans la cabine réservée. J’espère que ces explications parviendront à atténuer l’impression défavorable que vous a laissée cette situation et je souhaite vivement que votre prochain voyage avec nous se déroule à votre entière satisfaction.
Mlle M. Poireau Customer Case Europe
 

Monsieur,
J’accuse réception de votre courriel du 26 janvier dernier dont je vous remercie. Je souhaiterais revenir sur la réponse apportée lors de mon courrier électronique du 25 janvier 2012 qui n’était pas tout à fait correcte. Après une nouvelle vérification de la liste des passagers pour le vol du 15 janvier 2012, je constate qu’un autre passager porteur d’une carte Club Zéro a bien voyagé sur ce vol. Sur enquête auprès de la délégation, il semblerait en effet que ce passager ait bien été surclassé. Nous ne saurions commenter sur ce surclassement qui a été accordé par l’escale, de façon discrétionnaire, et désirant avoir une approche commerciale particulière envers ce passager. Cette décision permet alors d’expliquer les termes échangés ce jour là entre mes collègues et ce passager et je me permets cependant de réitérer que je ne peux apporter plus de commentaire. J’espère que cette réponse saura vous satisfaire et que vous continuerez à nous accorder toute votre confiance.
Bien cordialement, M. Poireau (Mlle) Customer Case Europe

Il faut noter que ma question initiale au service pare-choc ne visait pas à dénoncer le surclassement spécifique d’un passager, mais à l’interroger sur les propos catégoriques d’une délégation régionale qui m’a affirmé en avril et décembre 2011 que la carte ClubZéro n’apportait pas d’avantage particulier en termes de surclassement. Les faits démontrent que la carte ne suffit pas toujours, il faut aussi connaître le mot de passe « c’est quand même grâce à moi que la compagnie conserve quelques avantages ».

Publicités

2 Responses to “Tentative de surclassement à coup sûr réussie”


  1. 1 Sucréousalé 22 février 2012 à 19:22

    Et de voir le Président de la République Fédérale d’Allemagne démissioner car il a obtenu un surclassement offert par la compagnie Air Berlin sur un vol vers la Floride…

  2. 2 Loulou 10 mars 2012 à 15:39

    En même temps est ce qu’ un surclassement sur un vol Paris Genève, au vu de la prestation, mérite tant d’efforts?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s