Archive pour mars 2012

Mercantilisme de haute voltige

Il y a un certain temps, j’avais distribué, à bord d’un long courrier d’Air Napoléon, un tract aux passagers (lire). Il me semble donc pertinent de raconter cette histoire d’un syndicat qui a, en février dernier, utilisé une méthode similaire pour s’exprimer. J’en reprends ici quelques extraits (adaptés dans le contexte de ce blog – j’invite les lecteur les plus alertes à consulter l’original facilement accessible en ligne).

Nous profitons du départ de ce vol Air Napoléon à destination de Maurice pour souhaiter à notre ex-PDG un bon voyage. (…) A ce Monsieur, nous disons : vous avez prévu de voyager ce jour sur un avion de la compagnie à un tarif plus que préférentiel. Un tarif (à 24 euros) qui n’existe pas pour le commun des mortels y travaillant, et tout cela avec la bénédiction de notre nouveau PDG. (…) Malgré votre « départ », vous continuez à bénéficier d’avantages et de rémunérations conséquentes. Vous faites partie de ces donneurs de leçons qui, dans le même temps où ils demandent des efforts aux travailleurs de la compagnie, s’octroient ou bénéficient de largesses inacceptables. (…) Nous ne tolérerons pas plus longtemps que nos efforts pour maintenir la pérennité de notre entreprise soient ruinés par les agissements de nos dirigeants. Nous avons été forcés d’accepter le gel des salaires, la polycompétence ainsi que l’augmentation du taux de productivité sans jamais voir de résultats probants de votre politique commerciale. (…) Nous avons accepté le gel des embauches puis nous avons appris que la Direction faisait entrer de nouveaux hauts cadres. Nous avons rendu des jours de congé alors que certains de nos dirigeants se faisaient remercier par des séjours gratuits dans des stations de ski.
Nous ne laisserons plus faire en sorte qu’Air Napoléon soit le gâteau que se partage une petite poignée d’oligarques. (…) Nous rappelons qu’une dénonciation d’accords d’entreprise ne sert strictement à rien si elle n’a pas pour préalables la fin de dérives à haut niveau ainsi que la mise en place d’une politique commerciale digne de ce nom. Nous avons même tendance à penser que régler ces deux points précités pourraient éviter de s’attaquer aux conventions. Le problème n’est pas la masse salariale, c’est le mercantilisme de haute voltige.

Je pense que chaque passager chez Air Napoléon peut adhérer à la conclusion. La dénonciation d’accords d’entreprise n’a mené pour le moment qu’à une multiplication des grèves, détruisant toute confiance dans la capacité de la compagnie à assurer les prestations vendues. Le sentiment, face à une nette diminution du service, à une réduction de l’offre, à une destruction du programme de fidélisation Miles&Blues, à une démobilisation à tout niveau et surtout à un écart grandissant entre Air Napoléon et ses concurrents sur tous les axes (plus cher, moins bien, moins sûr), c’est effectivement qu’il n’y a plus de pilote, ou plutôt que le pilote a quitté la cabine pour se goinfrer de plateaux repas, en demandant à ses équipes de faire diète et expliquant aux passagers qu’en raison de règles internes améliorées, pour accélérer la distribution comme prévu par la « miniature de service », il n’y a désormais qu’un plateau repas par rangée.

Certes il reste des marques historiques d’excellence, certes il reste des équipes dévouées, certes il reste des créneaux horaires préférables, mais une vraie politique commerciale, partant du client et pas des avantages historiques des équipages ou des ambitions personnelles de la direction, serait un meilleur signal que d’accorder une place bizbiz gratuite à un ancien PDG.

Altitude critique : L’embarquement du vol Air Napoléon pour Maurice est ouvert. Les passagers des rangées 1 à 3 sont néanmoins priés d’attendre le prochain vol, la Direction ayant décidé de partir en vacances.

Publicités

Chocolate Mousse (McDo)

Altitude Critique : « Nous aurons le plaisir de vous servir un repas sur ce vol. Malheureusement notre escale locale a visiblement confondu la livraison de vos plateaux repas avec ceux du McDonalds. »

Chocolate Mousse (selon le menu)

Chocolate Mousse (selon le menu)

Sur un vol entre la Malaisie et l’Europe, la chef de cabine, servant le dessert dont la photo est reprise ci-dessus, s’inquiétait de l’incohérence notable entre le menu affiché et le contenu réel de la prestation : Je suis bien consciente que la « chocolate mousse », ou mousse au chocolat, offre déjà peu délicate pour un plateau servi en bizbiz, ne devrait pas ressembler à un cake flasque et sans goût, flottant dans une gelée jaunâtre, mais il semble que l’escale a confondu la livraison de vos plateaux avec celles du McDo. D’autant que le choix de plats, entre le riz blanc collant avec de la bouillie de bœuf, et le même riz avec de la sauce curry au poulet, ressemblait déjà à un assemblage de barquettes éco démoulées à la va-vite dans les assiettes du service bizbiz. C’était la seule solution, sinon nous n’avions rien à servir… Vous serez donc gentil de saluer les équipes du service clientèle de ma part, je pense qu’elles devraient a minima vous proposer, à titre de dédommagement, trois vignettes « Ronald dans l’avion ».

Fast forward

Madame, Monsieur, bonjour et bienvenue à bord. Welcome aboard, Ladies and Gentlemen. L’annonce vidéo préenregistrée est diffusée sur les écrans de l’avion tandis que les hauts-parleurs répètent de leurs deux voix monocordes les consignes usuelles, qu’il convient néanmoins d’écouter car « elles peuvent différer de celles applicables sur d’autres appareils ». Il se fait néanmoins que les masques à oxygène tombent tous « devant vous », aucun constructeur n’ayant eu l’idée de les mettre sous les sièges, d’autant que la place est souvent occupée par les gilets de sauvetage avec leur petite lampe qui s’allume le plus souvent au contact de l’eau, peut-être aussi au contact du sol, mais ça on ne le dit jamais et il n’est pas sûr que ça soit utile. En tout cas, je ne connais pas de compagnie qui ait eu la mauvaise idée d’annoncer que les gilets étaient plutôt stockés en soute, et distribués uniquement après être sortis de l’appareil, par le premier passager ou membre de l’équipage ayant nagé jusqu’à la porte arrière. Et aucun appareil n’étant visiblement équipé d’une sortie de secours bibendum, on vous conseille pratiquement partout de ne gonfler les gilets qu’une fois à l’extérieur l’avion, et pas dans le confort de la cabine. Do this only when you are outside the aircraft.

Lire la suite ‘Fast forward’

Air Napoléon sur les planches

Toc toc toc aux portes, armement des toboggans, vérification de la porte opposée. Le spectacle commence au théâtre Napoléon. On y joue une pièce en un acte, dont le thème n’a pas tellement d’importance, devant des spectateurs bien calés dans leur siège. Avant le lever de rideau, comme l’imposent les règles de sécurité, chacun doit garder sa ceinture attachée et relever sa tablette.
Lire la suite ‘Air Napoléon sur les planches’