Archive pour juin 2012

Les règles : montrer à ses clients qu’on les respecte… eux plutôt qu’elles

Dernièrement, le programme de fidélité Miles&Blues d’Air Napoléon a été amélioré. Ou plutôt, le service marketing en charge de le promouvoir a annoncé des évolutions merveilleuses au bénéfice de ses membres. Chacun jugera de l’impact comptable, pour sa situation particulière, qui découle de ces modifications, mais chacun devrait aussi aboutir à la même conclusion : il n’y a aucun service nouveau.

L’évolution relève uniquement d’un reparamétrage de règles, que ce soient celles de report des miles statuts d’une année à l’autre, les prétendus merveilleux bénéfices n’étant alors que de temporaires effets de seuil. Il y a vraisemblablement aussi quelques règles additionnelles, histoire de croître en complexité, donnant la possibilité d’acheter les taxes d’aéroport avec des miles plutôt que des euros, sachant qu’on peut par ailleurs acheter des miles avec des euros, et que les taxes sont en fait pour une grande part des surcharges inventées pour faire payer des euros sur des billets acquis avec des miles. Ouf.

Lire la suite ‘Les règles : montrer à ses clients qu’on les respecte… eux plutôt qu’elles’

Publicités

Juste un vol un peu juste

J’ai promis quelque part de décrire pour une fois un voyage fait avec une autre compagnie qu’Air Napoléon. Parlons donc de Bryan Air, d’autant que j’ai aussi promis autre part de vous proposer des billets plus brefs.

Lire la suite ‘Juste un vol un peu juste’

Promo sur nos vols AIR-NAP, OLD-MAN, FUN-GAG et quelques autres

Je ne sais pas qui a inventé, au sein de l’association internationale du transport aérien (IATA), les codes à trois lettres pour nommer les aéroports à travers le monde, mais c’est quelqu’un qui a beaucoup d’humour. Assez en tout cas pour dénommer un aéroport GAG (Gage, dans l’Oklahoma) et un autre LOL (Lovelock Derby Field, dans le Nevada).

Lire la suite ‘Promo sur nos vols AIR-NAP, OLD-MAN, FUN-GAG et quelques autres’

Abonnés chez Hôtel Oscar

Au retour de Bucarest le lundi soir, sur un A319 d’Air Napoléon immatriculé Hôtel Oscar, j’avais gagné la place 25C. Située sur la toute dernière rangée, elle a un petit inconvénient : elle est juste en face du bloc des toilettes (situé en en lieu et place des sièges 25DEF), avec ses allées et venues incessantes de passagers pressés et ses dégagements odorants pas toujours très précieux. Je me suis rendu compte qu’elle offre aussi un certain avantage : vous êtes installé tout à l’arrière avec le personnel navigant, presqu’en train de lire les annonces et de préparer le chariot de collations avec eux. Bref, la 25C sur Hôtel Oscar vous permet de partager quelques moments de vie avec la famille Safety (ils s’appellent presque tous ainsi, si on en croit leur badge). Par exemple quand Hôtesse Safety dit à Steward Stafety qu’il faut se montrer plus souriant, quitte à ce que Steward prenne un air niais, le masque à oxygène autour du coup pendant les consignes de sécurité, qu’Hôtesse doit alors parvenir à lire sans éclater de rire. Ou lorsqu’il s’agit de trouver le Nord à Charles-de-Gaulle, quitte à appeler Pilote Safety pour vérifier qu’on se trompe.

A propos de sourire, les Safety l’ont conservé tout au long du vol, même quand j’ai arboré, dès l’autorisation de desserrer les ceintures, mon t-shirt Air Napoléon « Passager Mécontent, comment être traité avec intelligence plutôt qu’avec des procédures ? » : les coups-bas du programme de fidélisation et de ses partenaires pendant le WE valaient bien une réaction de ce type, et le PNC a relayé le message dans le rapport de vol.

Ce ne serait là cependant qu’un trajet sans histoire s’il n’y avait eu une suite.

Lire la suite ‘Abonnés chez Hôtel Oscar’

Hold up chez Aminimal Express

Avionote - avion en billet papierEn partance samedi 26 mai pour Bucarest sur un vol Air Napoléon, je bénéficie, pour la première fois en presque dix ans de voyages fréquents avec cette compagnie, d’un surclassement. Le message donné à cette occasion n’est ni flatteur, ni commercialement intelligent : « il n’y a plus de place pour vous à l’arrière, alors on est bien obligé de vous installer à l’avant ». La classe Bizbiz est tout autant en retard que la cabine Bétaillère. Et le service reste limité à un plateau froid sans sourire. Mais je décide de saluer le geste exceptionnel de surclassement et de paraître content.

Lire la suite ‘Hold up chez Aminimal Express’