Lever de rideau

Aller-retour à Amsterdam avec HIJ, la petite sœur bleu flashy d’Air Napoléon. La cabine avant semble surdimensionnée en cette période de lendemains de fête, entre le eerste et le tweede kersdag : la brigade de petits chefs Air Nap et HIJ qui oscille usuellement entre les deux hubs du groupe est restée à la maison pour déballer les cadeaux.

Le personnel d’HIJ, outre le fait que son temps de travail est 20% plus élevé que celui de ses collègues franchouillards, a gardé un certain sens de l’efficacité batave. Et un droit d’initiative pour traiter immédiatement chaque problème, plutôt que le sempiternel et peu courageux renvoi immédiat au service client à la française. Parfois autoritaire, quitte à vous débarquer de l’avion si votre tête ne lui revient pas, parfois affectueuse, quitte à vous prendre par les épaules pour vous demander gentiment s’il faut plus de jus d’orange ou débarrasser le plateau du petit déjeuner, l’hôtesse HIJ tient à garder le contrôle en fixant ses propres règles. Ça change des procédures pensées par les bureaucrates de la cité interdite de Roissy-dans-le-Brouillard.

Cela n’empêche que le système d’enregistrement et de placement automatisé dans l’avion a été codé par des informaticiens procéduriers sous la commande des petits chefs précités, sans trop réfléchir au client, et en particulier au client fréquent. La procédure prévoit que les passagers les plus assidus qui réservent en éco se retrouvent prioritairement assis sur le rang juste derrière le rideau de séparation des classes. A première vue, c’est un privilège pour quitter l’avion plus vite. Mais, et on l’a déjà écrit ici, c’est aussi pénible d’avoir chaque fois comme perspective visuelle une bâche ondulée couleur bleu délavé. Aussi les compagnies les plus attentives à leurs clients fréquents les positionnent usuellement au rang suivant, et ne remplissent le rang « rideau » qu’en dernier recours.

C’est certes un détail, mais cela peut faire la différence. C’est pourquoi j’ai accueilli très favorablement, depuis mon siège rideau 5C à l’aller vers Amsterdam, l’initiative temporaire du chef de cabine qui n’est pas venu immédiatement fermer les rideaux de séparation de classe. Avec les quatre rangs à l’avant de l’appareil inoccupés, sauf par deux membres d’équipage en 1A et 1C, ça me semblait une bonne idée.

Mais ça n’était qu’un oubli : « C’est la procédure et on s’y tient, puisque notre management nous impose sur ce segment de nous aligner le plus possible sur les standards Air Napoléon ; mais je leur transmettrai votre idée ». Option 1 du personnel HIJ : prendre le temps d’écouter le passager, ne pas identifier de solution immédiate pour le satisfaire, fermer la discussion en reconnaissant que son avis peut être utile. Ce n’est pas plus cher que le renvoi au service pare-chocs au premier grognement d’un passager, mais ça fait quand même meilleure impression.

Même scénario au retour, sauf que cette fois j’ai pris le temps de vérifier en ligne le plan de la cabine : la bizbiz s’arrête en rang 4, le 5A à un rang du rideau me convient. Bien installé dans mon siège, j’écoute le commandant, debout à l’avant de l’avion (et pas planqué dans sa cabine comme le font la plupart des officiers napoléoniens), qui s’excuse du retard pour une obscure histoire de bagages égarés dans Schiphol. C’est alors qu’une hôtesse vient discrètement déplacer le rideau un rang vers l’arrière, c’est-à-dire juste devant moi. Je suis donc condamné par cette compagnie à garder le nez dans ses rideaux mal lavés.

Fatalement, je ne peux m’empêcher de grogner, et me retrouve cette fois en moins d’une minute surclassé en rang 2. Option 2 du personnel HIJ : prendre le temps d’écouter le passager, lire la PIL pour connaître son nom et vérifier son statut, trouver un autre siège,  enfin ne pas oublier de la saluer par son nom quand il quitte l’avion.

Reste à voir si j’aurai encore droit au rideau sur mon prochain vol… A priori non : ce sera avec une autre compagnie.

Publicités

0 Responses to “Lever de rideau”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




Catégories

Publicités