Archive pour août 2013

OVNL objet volant non localisé

Dimanche 22h, Valérie du service bagages 2F à CDG me dit que mon sac enregistré à Genève deux heures plus tôt n’a pas été réceptionné à CDG. Nous faisons un formulaire pour constater que le bagage est retardé. Il ne faut pas s’inquiéter,  il sera retrouvé dans quelques heures ou lundi.

Lundi 15h25, Omar du service bagages par téléphone pense que le sac a été embarqué par mégarde sur un vol pour Santiago du Chili. Le retour est prévu mercredi.

Mardi 15h30, Bastien m’annonce, quand j’appelle le service bagages que le sac a été vu à CDG mais que le téléphone là-bas ne fonctionne plus. Je dois rappeler le lendemain.

Lire la suite ‘OVNL objet volant non localisé’

Publicités

Facilités de transport…

Cahier de revendications INTERPAX
Sur les « facilités de transports » accordées à certains passagers

L’INTERPAX regroupe les Organisations Syndicales respectivement des passagers fréquents, fidélisés, occasionnels, clandestins, UM, perdus, retrouvés, en soute, en tribu, en retard et au sol.

En italique nous avons rajouté quelques explications sur certaines de nos revendications.

Généraliser les facilités de transport à tous les passagers.

Les places à gratuité partielle d’Air Napoléon (GP : R1 / R2 / RN) dépendent aujourd’hui du service commercial, et non d’une DRH : nous refusons donc qu’elles soient réservées aux employés, amis et politiques, il faut qu’elles soient aussi offertes à de simples clients.

Afficher clairement les avantages donnés par les facilités de transport: surclassement systématique, pour tous, par le sol, tant qu’il y a des places libres.

Les places à gratuité partielle ne sont pas simplement moins chères, elles donnent des avantages qui sont refusés aux passagers payants plein pot.

Lire la suite ‘Facilités de transport…’

Vu ce matin au salon à CDG 2F

« Marre de trouver toujours les mêmes prestations dans ce salon? Puisque la compagnie ne se bouge pas, aidons-la.  Bonbons offerts par Air Napoléon »

image

Le trou de l’alliance

C’est sans doute le propre d’une alliance : un anneau qui symbolise l’union, et un grand trou au milieu. On aimerait tant croire les bobards du marketing qui vantent l’alliance Skybean et ses avantages mutualisés entre les compagnies membres, mais force est de constater que le passager tombe régulièrement dans des trous sans fond, où personne n’est responsable et aucun avantage promis ne s’applique.

AIr Nap en voyage

Lire la suite ‘Le trou de l’alliance’

Ça sent le poisson coulé

Franchement pénible et tatillon, c’est ainsi qu’est décrit le patron d’Air Napoléon dans un récent article de presse. Il prétend avoir l’œil sur tout et corriger ce qui cloche. C’est bien si cela peut concrètement améliorer les choses. Car à ce jour, c’est surtout le retard grandissant de la qualité de service d’Air Napoléon par rapport à son environnement concurrentiel qui est pénible.

rollmops

Tatillon quand il s’interroge sur un « poisson roulé » servi sur le plateau-repas d’un vol entre Paris et Amsterdam. « Vous voyez, ce poisson roulé, dans le coin ? Cela ne peut pas être bon ! Qui a pu avoir une idée pareille ?« . Le Directeur d’Air Napoléon, ou plutôt l’ancien Directeur car il a déjà changé de poste, n’a pas pris pour exemple un vol au hasard, pour que les journalistes relaient sa saynète du poisson mouillé qu’on changera pour éviter à la compagnie de couler. On est sur la ligne qui relie les deux hubs de la compagnie, celle dont les premiers rangs en classe bizbiz sont perpétuellement occupés par les petits chefs de l’entreprise, oscillants entre les quartiers généraux. Celle dont les hôtesses HIJ disent en néerlandais qu’on y fait des chichis à la française, prétentieux mais inutiles, juste parce que les chefs sont là, et répondent en français que le groupe AN-HIJ ne leur permet pas de s’exprimer sur le sujet. Celle qui bénéficie d’un service amélioré, par rapport au sempiternel sachet sacré-sulé qui symbolise l’immobilisme de la compagnie. Une fois de plus, on dupera les masses mais ne se préoccupe pas de rester crédible aux yeux du passager assidu.

Pénible, quand le Directeur parle de « poisson roulé« , dont on ne sait pas vraiment s’il s’agit de poisson carré servi froid avec des carottes cartonnées, comme quand on va à Casablanca un mois pair, ou de pêchon pané servi cru avec des pâtes cartonnées, comme quand on va à Casablanca un mois impair. Puis on comprend que c’est plutôt une expression pincée qu’ont les Français pour dire « rollmops« . « Qui peut aimer ça ?  » Disons que c’est apprécié des komments-nana, enfin je veux dire des peuples bataves et assimilés. Et qu’il doit avoir plus urgent à régler chez Air Napoléon que de modifier les goûts culinaires du Nord de l’Europe.

J’ai cette semaine voyagé, entre autres, sur deux vols bizbiz au départ de Paris. Vers Seattle avec Dalton Airlines, vers Hong Kong avec AirNap. Je fais volontairement la comparaison avec une compagnie américaine, car on prétend souvent que le service US est médiocre.  Mais Dalton a récemment revu son offre de service, financée certes à coups de pub incessante au salon et durant le vol (pour des boissons gazeuses offertes gratuitement,  pour une carte de paiement qui permet de gagner des miles, pour une chaîne hôtelière qui offre des coussins et édredons…). Tandis qu’Air Napoléon s’agrippe à ses promesses d’amélioration future, tout en continuant à fournir un service minable à durée indéterminée.

Lire la suite ‘Ça sent le poisson coulé’

Se faire détester, en une leçon

Jeudi soir, alors que je dînais à Paris en terrasse avec des amis français, l’un d’entre eux qui racontait son dernier voyage au Vietnam, avec beaucoup d’enthousiasme, a marqué quelques regrets sur la compagnie aérienne qui l’y a amené. Pourtant le vol semble s’être plutôt bien passé, mais c’est dans la suite de la relation qu’il faut trouver son mécontentement, et une source de mauvaise pub désastreuse pour Air Napoléon.

Lire la suite ‘Se faire détester, en une leçon’