J’ai été à Bilbao en avion

Je suis parti à Bilbao via Barcelone avec l’espagnole Vueloche. C’est une low cost qui minimise l’espacement entre les sièges et propose des en-cas payants qui ne sont jamais disponibles : au contraire de sa concurrente Air Zarzuela, pas moyen de s’y faire livrer une telepizza et pas de quartiers de pommes à bord malgré que tout cela soit affiché au menu. On n’y choisit pas vraiment son siège, ce qui augmente le risque de voyager séparé dans l’avion. Et on n’a pas toujours droit au bagage soute, tant et si bien qu’il y en a visiblement si peu dans l’avion qu’ils sont livrés au tapis bagage avant même que les passagers n’y arrivent.

Mais ce matin, l’ambiance dans l’appareil est plutôt détendue — avec un chapeau de plage et beaucoup d’auto-dérision — et l’équipage préfère sourire que d’interdire. On garde donc une bonne image, voire plusieurs, de Vueloche au petit matin.

Pourtant il y a un tour de passe-passe : les vols opérés par Vueloche sont vendus sous le code de sa mère Isteria, également espagnole et membre de l’alliance threeWords. Mais aucun des avantages promis aux voyageurs encartés ne s’applique puisque la filiale n’est pas affiliée. Ni miles, ni salon, ni embarquement prioritaire. Ainsi le statut gagné sur les longs courriers de la mère et de ses partenaires (où il n’est que secondaire si on choisit la bizbiz pour les destinations lointaines) n’est pas utilisable en court-moyen-courrier (où il est en général plus appréciable car la Bizbiz est plus chère qu’utile).

Histoire de bénéficier quand même un peu de mon statut et de varier la compagnie, je suis rentré avec la mère Isteria, par Madrid cette fois : un peu plus de place pour les jambes, un accès à un demi-salon à Bilbao, et sans doute quelques qmiles sur mon compte qatari. Mais pas plus de facilité pour choisir les places dans l’avion : la pré-sélection achetée au prix de 10 euros (pour certains passagers du groupe) n’est pas respectée et il faudra se battre pour obtenir un remboursement. Ni de meilleure collation : tout est payant et le choix est plus faible. Mais surtout l’ambiance a bord est gâchée par un équipage policier, qui menace lorsqu’on veut prendre une photo, patrouille sans discontinuer pour vérifier que les sangles maintiennent bien les passagers prisonniers de leur siège et foudroie d’un regard biaisé quiconque ne repecterait pas ses consignes à la lettre.

Le voyage dans ces conditions devient pesant. D’autant que la peine est double : après l’escale à Madrid, il faut ré-embarquer dans le même avion et retrouver pour équipage le même commando terroriste que sur le vol depuis Bilbao… Malgré les avantages de passager fréquent et le positionnement historique de la compagnie, qui se traduisent pas un tarif plus élevé, on a le sentiment que le service est ici bien plus faible et le passager moins bien considéré que sur la low cost.

En conclusion : ni le statut élevé ni le passé glorieux ne vous garantiront un bon service.

image

Video à Bilbao

Publicités

5 Responses to “J’ai été à Bilbao en avion”


  1. 1 BTA 2 juin 2014 à 20:09

    Bonjour!

    Il semble que les passagers reçoivent peu ou prou le même traitement de la part d’air Napoléon et de sa cousine hysteria!
    Pourtant c’est bien Napoléon qui a renversé en France la monarchie (dont serait issue la famille royale espagnole ?)
    Votre article a-t-il fait l’effet d’une bombe? Tiens le roi viens d’abdiquer!!!

    • 2 Air Napoléon 2 juin 2014 à 22:46

      Si le roi d’Espagne abdique parce que sa compagnie nationale offre un service un peu rude et antipathique, le chef d’état d’Air Napoléon devrait subir bien pire, avec sa compagnie sans culture client mais néanmoins prétentieuse et toujours persuadée d’être la seule à avoir raison… Défaite sur défaite et taux de popularité au plus bas : un peu comme en France en fait !

  2. 3 DUCON 8 juin 2014 à 17:13

    Mon pauvre ami…
    Il faut croire que votre site internet n’attire pas les foules pour etre obligé de déverser votre fiel sur whattheflight.
    C’est un sacré camouflet pour vous…

    • 4 Air Napoléon 8 juin 2014 à 18:52

      Désolé pour vous mon cher DUCON anonyme, les stats ici se portent plutôt bien et le vol pour Bilbao que vous commentez pourrait les amolifier. Mais ça ne doit pas vous obliger à en faire partie. Et si, je vous dérange en indiquant sur le site modéré et ouvert à tous whattheflight.com, qu’US Airways a désormais une meilleure offre transatlantique qu’Air France, c’est peut-être parce que la culture client d’Air France tolère difficilement l’idée que la compagnie ne soit ni parfaite ni la meilleure. Et tolère encore moins qu’un passager ose le dire.

      • 5 JF 10 juin 2014 à 19:05

        Delta Arilines a aussi une meilleure offre transatlantique qu’Air France: repas avec ingredients rechauffes separement qui ne baignent pas dans un jus douteux (certes pas signe par un grand chef, mais l’asterisque sur le menu AF montre qu’un repas de temps en temps sur certains vols a ete supervise par un grand chef, pour les autres, se referer a la bouillie traditionnelle), siege a plat sur tous les avions (des maintenant et pas a raison de 1 avion par mois sauf les A380, jusqu’en 2036), personnel affable et souriant, cookies chauds en milieu de vol, toilettes propres, et bagages livres en priorite. Pourtant, ce n’est ni une compagnie du golfe au petrole gratuit, ni une compagnie asiatique au personnel gratuit, mais une compagnie americaine (au gaz de schiste me direz vous, cher DUCON?)
        La derniere reponse que j’ai recue d’AF concernant les bagages en soute livres en priorite est: sur les vols long courrier, ca s’applique. Sur les vols domestiques, ca ne s’applique pas (meme si ce n’est pas marque sur internet, mais le marketing va corriger). Et sur un vol long courrier suivi d’un vol domestique: ca ne s’applique pas non plus ! Encore une nouvelle regle qui privilegie la mediocrite actuelle, plutot que de repondre a un besoin client.
        Lors de mon dernier vol sur AF: le staff au sol a Toulouse a ete incapable de faire suivre mes bagages sur un vol DL en codeshare avec AF, a CDG. J’ai du les recuperer moi meme, pendant que le pilote d’AF essayait de contacter le personnel au sol a CDG pour qu’ils m’attentent et ne ferment pas l’enregistrement. Le chef de cabine a fait un rapport: je lui ai suggere de le signer PDUV comme cela semble se faire frequemment: il y a plein de personnes efficaces et de bonne volonte chez AF, a commencer par leur PDG, mais aussi plein de strates intermediaires et de regles qui rendent toute amelioration vouee a l’echec.
        Dommage, car nous sommes beaucoup a attendre des petits signes tangibles d’amelioration pour revenir sur notre ex-compagnie favorite.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s