Archive pour décembre 2013

Gri-bouillie

Sur ses vols longs courriers en classe Affaires, Air Napoléon prétend vous faire vivre le grand art culinaire, préparé par un chef étoilé ou lauréat du concours bocul, payé sans doute très cher pour redorer l’image de la compagnie. Et malheureusement, le résultat ne convainc pas toujours.

Prenons un exemple vécu. Le menu annonce avec prétention « Pur produit de saison, la châtaigne nous rappelle l’automne et l’hiver ! La vivacité de la groseille, quant à elle, est présente pour dégourdir le très sage filet de canette enrobé de ses trois poivres ». Le résultat n’est ni bon ni beau, c’est une gri-bouillie servie à la va-vite avec un plateau qui comprend l’entrée et le dessert. L’entrée mélange traditionnellement le foie gras et le saumon, car la compagnie refuse de donner le choix à la commande.

Gastronomie à la française par Air Napoléon : prétentieux, cher payé, mais raté

Gastronomie à la française par Air Napoléon : prétentieux,  étoilé, gribouillé

Les autres compagnies font-elles mieux ?

Pour mener l’analyse, ne regardons pas une compagnie du Golfe (elles font mieux, mais tout le monde sait que c’est parce qu’elle ne paient ni le pétrole, ni leurs employés, ni d’ailleurs la nourriture) ; ne considérons même pas une compagnie asiatique (elles font mieux, et c’est d’ailleurs la cible de progrès que s’est donné Air Napoléon).

Prenons Dalton, une bonne vieille compagnie des US, parce qu’on sait que les américains ne sont en général pas doués en cuisine et que leur compagnies ont mauvaise réputation. Le résultat est intéressant.

xxx

Steack & Vegetables chez Dalton : on, apprécie la présentation et le goût

D’abord, sur un vol de durée équivalente, Dalton choisit un service complet : entrée, salade, plat et dessert. Ensuite, on voit que la présentation est soignée, même pour le plat qui représente sans doute le plus d’enjeux. Pourtant, il n’est pas préparé par un grand chef ; il est désigné simplement comme « Steack & Vegetables » et on notera que le passager peut choisir les vegetables. Tout comme d’ailleurs l’entrée et le desserts ici représentés sont issus de listes de deux ou trois propositions (on évitera tout commentaire désolbligeant sur le choix trop calorique pour le dessert, l’assiette de fruit eut certainement été préférable…)

Les habituels défenseurs d’une compagnie historique française, pleins de certitudes et de supériorité, diront bien sûr que ce test a sélectionné insidieusement un plat raté chez Air Napoléon et une présentation avantageuse de Dalton. Ce serait pourtant nier certains fondamentaux. Dalton apporte les repas sur un plateau individuellement pour chaque passager, tandis qu’Air Napoléon conserve la cantinière (le trolley) des années 90 et des compagnies bas de gamme. Dalton sert un plat disposé dans l’avion (d’autant que l’accompagnement varie selon les goûts et souhaits du passager), tandis qu’Air Napoléon, avec son assiette creuse préparée, réchauffe le tout comme une soupe, ce qui bien sûr nuit à la présentation.  Dalton en 2013 a élargi les choix et le nombre de plats, Air Napoléon a réduit la voilure…

Publicités

Bizbiz 1 étoile

Depuis le lancement de Best & Burger, les vols Air Napoléon qui partent en fin de soirée de Paris ont désormais un service Bizbiz « accéléré », ce qui veut dire « réduit au minimum ». Au prétexte que les passagers apprécient un service plus rapide, Air Napoléon ne comprend pas que cela signifie « servi plus vite », mais en déduit qu’il faut réduire le service, et se place ainsi résolument au niveau des compagnies classées 1 étoile. Je le savais mais ai néanmoins choisi de voyager le soir de Noël sur un tel vol, à destination de Rio, car je n’avais pas trop envie de passer mon réveillon à arpenter des couloirs à Lisbonne .

J’avais déjà testé l’expérience Best & Burger de nuit, je n’ai donc pas été surpris, ni déçu, ni mécontent.

Il a juste fallu demander à certains PNC d’arrêter de faire semblant que c’est le top du top. Ce qui est agaçant, ce n’est pas que la compagnie soit faiblarde (ni la meilleure, ni la moins bonne), c’est qu’elle s’entête à se prétendre supérieure. Par exemple, ce soir de Noël, on recommande d’un ton pincé le « fagottoni aux fromages des saisons, saupoudré de coulis de courgette et concassé de tomates crémée » pour servir un vulgaire ravioli tomate en conserve, ce qui est quand même pas l’image que le marketing veut donner de la classe Bizbiz.

Lire la suite ‘Bizbiz 1 étoile’

Père Poulard

Bon réveillon à tous, avec le Père Noël et la Mère Poularde !
image

CDG 2E, sous-sol, 24.12.2013. 21:10.

Le père Noël en Naponie

Je sais pas comment j’ai fait mon compte, mais je vais me retrouver dans un avion d’Air Napoléon pour Rio le soir de Noël.

Et en cette période circule sur fakecook une sympathique vidéo où Père Noël prend l’avion:

Je ne souhaite pas qu’Air Napoléon se transforme en Père Noël en Naponie, traitant une fois de plus ses passagers comme de petits enfants à qui on fait croire des histoires et qu’il faut surveiller parce qu’ils ne sont pas sages.

Au contraire, il serait bien qu’Air Napoléon considère ses passagers comme des Pères Noël. Qu’elle s’émerveille de les voir venir. Qu’elle ait envie d’apprendre d’eux, de connaître leurs histoires. Que leur présence soit un cadeau, que la compagnie méritera d’autant plus qu’elle leur aura fait une belle lettre, réfléchie et sincère, pour s’engager à être meilleure l’an prochain.

Prisonnier de l’Emir Ed

On me reproche parfois de critiquer trop la compagnie Air Napoléon en oubliant de faire de même avec ses concurrents. J’ai récemment voyagé avec l’Emir Ed, entre Dubaï et Bangkok, et je dois dire qu’il y a aussi des choses à raconter.

J’avais acheté un billet Business ; l’Emir m’a surclassé. A priori, il faut dire merci à Ed. D’autant que la First offre des suites confortables, avec un mini-bar, un écran géant, un siège moelleux transformable en lit. On y mange bien, quoiqu’un peu trop. On y dort bien aussi, après avoir fait installé le matelas et l’édredon, et refermé les portes de la suite. Mais Ed m’avait réservé une surprise.

Au réveil en effet, le module tactile de commande des volets motorisés de ma suite affichait « Please Wait. Loading Data ». OK, j’attends. Mais j’aimerais quand même que la data loade, car le module tactile est le seul moyen d’ouvrir les portes. J’avais trouvé que le surclassement, avec beaucoup de tact, était une bonne façon de me fidéliser. Je ne pense pas que m’emprisonner dans l’avion soit plus efficace.

Portes closes

Portes closes

Lire la suite ‘Prisonnier de l’Emir Ed’

Découvrez le confort de nos salons

frigo vide

large choix de snacks et boissons

À l´écart de l´agitation de l´aéroport, vous trouverez dans nos salons un espace pour travailler au calme, vous restaurer ou simplement vous reposer avant votre départ. Profitez d’un accès internet en wifi et d’équipements bureautiques pour travailler. Selon l’heure de la journée et le salon, nous vous offrons un large choix de viennoiseries, des snacks, une collation ou un repas.