Archive pour février 2014

Passager inexistant

Cher Service Pare-Chocs Air Zuarzella,

Dans un récent message, vous répondez par la négative à la demande de remboursement de billet qui vous a été transmise par l’administration Kafka Miles&Blues.

En effet, j’ai acheté et utilisé un billet Air Zuarzella avec un trajet Malaga-Paris le 6 novembre 2013. Pourtant, je n’ai pas reçu les miles pour ce trajet. Miles&Blues – marquant son manque d’intelligence commerciale, sa propension à se comporter comme une administration bornée, son entêtement à détruire l’image de marque des compagnies membres – refuse systématiquement la régularisation, parce que j’ai marqué mon refus de transmettre pour le moment la copie de la carte d’embarquement.
Même si j’ai transmis la preuve d’achat et donné des preuves de voyage !

Je veux signaler qu’en octobre et novembre 2013 j’ai demandé régularisation pour quatre vols auprès de Miles&Blues. Trois vols pour lesquels on m’a demandé copie de plein de documents inutiles, que j’ai pris le temps de transmettre docilement et à mes frais, pour obtenir régularisation de quelques miles. Et un quatrième vol, celui du 6 novembre avec votre compagnie, pour lequel, lassé, j’ai indiqué que je considérais qu’il revenait cette fois au programme ou à la compagnie de faire un effort, et que j’arrêtais de me soumettre aux obstacles organisés pour vous éviter de donner les miles promis.

L’effort que je demande est très relatif : il s’agit de régulariser 188 miles statut 2013 reportables, 188 miles primes et 1 vols statut 2013, ce qui ne change en rien mon statut 2014, et représente maximum 2 ou 3 euros, pour un billet dont tout le monde semble admettre que je l’ai acheté. Mais qu’on refuse de régulariser parce que je tarde à transmettre un des bouts de papier exigibles en cas de procédure de régularisation. Ou plutôt parce que cela reviendrait à respecter le passager, plutôt que le verdict arbitraire des responsables du programme. Et se ranger sur les attentes d’un passager semble un effort énorme chez Miles&Blues ; c’est justement pour cela que j’insiste autant pour obtenir régularisation, ou au moins reconnaissance, des erreurs du programme !

Je pense en effet que cette histoire est déplorable et marque la totale absence de culture client dans le monde kafkénarque de Miles&Blues, chez ses responsables et – par ricochet – au sein des compagnies associées.
Miles&Blues préfère faire fuir les clients, les traiter en menteurs/tricheurs/voleurs, que de leur faire un minimum confiance. Cela nuit à votre compagnie puisque je privilégie désormais Ramon Air pour tous mes vols pour l’Espagne.

Le dernier argument de Miles&Blues pour refuser la régularisation (après une série d’autres raisons invoquées) est de dire que je n’ai pas fait le vol (même si j’ai acheté le billet, ai confirmé le besoin du segment retour, ai été à Malaga, suis rentré à Paris et que le fait d’être ou pas dans l’avion ne constitue en rien une exigence formellement précisée dans les conditions générales du programme).

Puisque le programme de fidélité Miles&Blues considère que je n’étais PAS EXISTANT pour le vol retour, j’ai indiqué qu’il me semblait fair play de me rembourser le billet, au moins la partie retour et dans tous les cas les taxes d’aéroport.
C’est cette demande que vous a transmis Miles&Blues, même si c’est aberrant car les simples taxes d’aéroport représentent un montant supérieur aux 376 miles initialement revendiqués.

Je vous demande donc de reconsidérer ma demande de remboursement du billet pour « INEXISTANCE DU PASSAGER DECRETEE PAR LE PROGRAMME DE FIDELITE ». Une période d’INEXISTANCE me semble s’apparenter largement aux cas d’hospitalisation ou de décès que vous citez comme raisons valables de remboursement.
Vous noterez qu’en tout état de cause et selon les conditions de transport disponibles dans un mauvais français sur votre site (*), a minima les taxes d’aéroport doivent m’être remboursées, si comme l’affirme Miles&Blues j’étais inexistant sur ce vol.

Ou plus sérieusement, quelqu’un au sein de votre compagnie comprendra qu’il suffit de régulariser 376 miles pour satisfaire un passager fréquent, qui a acheté un billet sur lequel vous promettiez un cash back sous forme de miles, qui n’est jusqu’à présent toujours pas honoré.

Dans l’attente de votre retour éclairé sur mon inexistence potentielle, son traitement dans le cadre de vos conditions de transport, le remboursement des taxes d’aéroport à mon nom que vous n’auriez pas payées parce que j’étais inexistant ou au contraire payées parce que j’étais en fait présent, et plus globalement la façon dont vous considérez vos clients, je vous prie d’agréer mes salutations distinguées.

(*) article 4.3 conditions de transport :
Ainsi de même, dans le cas où un impôt, un droit ou une taxe que le passager aurait payé à Air Zuarzella au moment de l’émission du billet aurait été éliminé ou réduite sous forme qu’on n’appliquerait pas ou on ne devrait pas payer une quantité inférieure, le passager aurait le droit à réclamer le remboursement du montant correspondant.

Publicités

Les nouveaux sièges are back

A l’occasion de la présentation ce jour des futurs nouveaux sièges bizbiz disponibles plus tard sur les lignes de la compagnie, nous vous renvoyons à l’article publié à l’occasion de la précédente annonce de montée en gamme des futurs nouveaux sièges disponibles plus tard sur ces mêmes lignes. Suivez le lien.

Rappelons qu’en attendant on continue à voyager avec les sièges toboggans (que le journal Le Garofilles décrit poétiquement comme le siège business qui fait  glisser les passagers vers le bas) et que le premier besoin à bord (et plus généralement dans la relation d’ensemble avec le client) est une posture plus souple, plus centrée sur le client, avec plus de liberté d’initiative et de dialogue… bref autre chose qu’une entreprise qui doit réfléchir quatre ans pour découvrir que son siège n’est plus au niveau de l’offre concurrente, et six mois pour se dire que servir le pain chaud ne serait pas mal non plus.

image

Plus sérieusement,  il est a espérer que le nouveau siège soit un réel rebond, et pas un dernier vol…

Privilège exceptionnel

Monsieur,

Par votre e-mail du 31 janvier 2014 vous nous demandez de réajuster les crédits de Miles liés aux vols que vous avez effectués les 18 et 19 janvier dernier.

En effet, vous notez que nous vous aurions attribué un Mile-Statut de trop pour le vol Paris / Genève du 18 janvier 2014, puis une nouvelle fois un Mile-Statut de trop pour le vol Genève / Paris du 19 janvier 2014.

C’est avec plaisir que nous vous offrons les deux Miles-Statut en question, et ce à titre exceptionnel.

Nous vous remercions de votre fidélité et vous prions d’agréer, Monsieur, l’expression de nos sentiments distingués.

Christie, du Service Pare-chocs Miles&Blues

Merci Christie pour votre message plein de fraicheur. Ne pourriez-vous pas de même, et à titre tout à fait non-exceptionnel, régulariser les 188 miles du vol Malaga-Paris du 6 novembre 2013 pour lequel j’ai transmis la preuve d’achat ? Votre administration montre une mauvaise foi particulière pour traiter cette régularisation. D’avance merci.

1 mile

Classe Accordéon

Je me suis fait devancer. En réaction à un article sur ce blog, un commandant de la compagnie m’avait proposé de jouer de la musique en cabine. Et aujourd’hui,  la presse annonce qu’Air Napoléon conçoit ses futures (il faudra attendre juin pour voir le premier siège) nouvelles cabines bizbiz et conconomy en accordéon (moins de places bizbiz l’été pour ne plus jamais avoir à surclasser). J’espère qu’ils n’y aura pas trop de chansons nostalgiques… Comme un air Napoléon

image

un air napoléon